theatreetpsychanalyseacorpsperdus

Le corps du théâtre et de la psychanalyse

Psychose Maniaco-dépressive à la Maison des Métallos

 

Article écrit par Marianne Carabin

 rendez-vous-gare-de-l-est-elisabeth-carecchio-srit

RV Gare de l’Est mis en Scène par Guillaume Vincent, Interprété par Émilie Incerti Formentini

Après une première rencontre en Avignon puis à Paris en Octobre au Lucernaire, c’est à la Maison des Metallos que, le VENDREDI 10 AVRIL 2015, à l’issue de la représentation, le professeur Alain Vanier, psychiatre et psychanalyste et Catherine Vanier, psychologue et psychanalyste vous proposent d’échanger, à la fin de la représentation, avec l’équipe artistique de la pièce.

Le jeu d’acteur et la clinique vue de l’intérieur sont au RV de la justesse. Justesse du jeu d’acteur. Justesse de la réalité clinique, du réel au quotidien quand la vie parcourt avec la chimie psychiatrique. Lithium c’est la base. Le noyau. Le socle du traitement. J’adore les enfants et Fabien aime notre relation. On n’est pas obligé de faire des enfants. Et mon travail ? Vous ne vous rendez pas compte !? Si je prends du poids. Encore ! Si je prends du poids, je perds mon travail. Ma vie amoureuse, si j’ai réussi quelque chose dans la vie c’est bien ma vie amoureuse. J’suis désolée de vous le dire mais vous pourriez tous crever j’en ai rien à foutre. Tout ce qui compte c’est Fabien. Barrage. Troubles de l’humeur comme on dit. J’avais envie de l’appeler tout le temps. Je faisais des crises d’euphorie. Abilify. C’est joli Abilify. J’aime bien. Ça sonne comme un papillon. Fy… Fly…

Au cœur du discours de la question de « savoir » ( ? ) qu’est-ce-que c’est que la folie ? Chaque moment, chaque instant est hors du temps. Chaque instant, chaque moment est un condensé, un concentré de tous nos moments de mise à l’autre, en trop. Toujours en trop. Du trop peu, du trop plein. Crier toujours. Crier. Même chimissisé. Crier jusqu’à l’aphonie.

RV gare de l’Est est seule en scène ou presque. Une « diagonale » passera. Et nous, l’autre, l’adresse, le public nous sombrerons dans le noir et ce sera la fin. La fin d’une heure de partage, d’une heure d’intimité. Comme avec une bonne amie, une vieille copine. Le jeu d’acteur et la réalité clinique sont d’une justesse sans esbroufe. Et c’est pour cela qu’ils nous atteignent et qu’ils nous parlent, pour de vrai comme disent les enfants, qu’ils nous parlent pour de vrai non pas d’une maladie mentale, ni d’une malade, mais de la vie quotidienne d’une femme qui est plus proche de nous que nous ne saurions l’être nous-mêmes.

Nous remercions Catherine et Alain Vanier d’Espace Analytique pour ce très beau choix de spectacle dégoté lui aussi en Avignon saison 2014.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le avril 8, 2015 par .
%d blogueurs aiment cette page :