theatreetpsychanalyseacorpsperdus

Le corps du théâtre et de la psychanalyse

27 Avril 2016 Évènement ACP au Festival Printemps de la Création

Théâtre & Psychanalyse, A Corps Perdus
Présente

FÉLINE

Autrice : Laura Mokaiesh
Comédiens : Christelle Beausire, Laura Mokaiesh, Sébastien Martin, En alternance : Marie-Emilie Michel, Delphine Alexandre  
Metteur en scène : Mathieu Farhi

PIÈCE 20h30+ DÉBAT 21h45

  En présence de l’auteure, des comédiens et du metteur en scène ainsi Marianne Carabin et Margot Ferrafiat-Sebban fondatrices d’ACP.

le Mercredi 27 avril 2016
de 20h30 à 23h
à l’Art Studio Théâtre
120 bis rue Haxo 75020 Paris

M° Télégraphe

 

Féline

TARIFS
Plein tarif 12 €
Membres adhérents 9 €

Les RÉSERVATIONS se font soit en ligne via les différents sites de ventes de billets soit auprès de Théâtre et Psychanalyse, A Corps Perdus par mail à acorpsperdus2014@gmail.com afin de vous inscrire sur la liste, ou directement auprès de l’art studio théâtre : 01-42-45-73-25

Notes de l’auteure et du metteur en scène

 » FÉLINE
Une pièce sexuelle sans sexe
(ou un manifeste poétique pour l’expression des aspirations intimes)

Féline, c’est un plongeon au cœur de l’intimité de trois femmes, une immersion totale dans leurs fantasmes orchestrée par un personnage énigmatique issu de leur inconscient : un homme zébré qui les pousse à livrer ce qu’elles ont de plus intime pour changer le scénario de leur vie amoureuse.

Laura Mokaiesh, autrice

Tout a commencé par l’écriture d’un recueil de textes avec l’envie de manifester un appétit insatiable, urgent, de fantaisie, de sensualité et d’amour.
Je souhaitais mettre des mots sur des états de sensations décuplées, questionner la féminité et la puissance de l’impact amoureux : montrer comment des attentes inassouvies sont sources de fantasmes, de voyages immobiles, créatifs et violents.

J’ai adapté ce recueil en pièce de théâtre pour servir trois personnages féminins, trois postures : Blanche vit dans le présent, Pomme fantasme un futur, Lou vit au travers de ses souvenirs.
Chacune défend son monde où se télescopent les désirs, angoisses et bouffées de plaisir en sursis. Féline, c’est voir l’avenir comme une promesse, mais aussi ne rien voir venir, c’est le besoin de montrer que l’on avance même à l’arrêt.

Il ne s’agit pas d’un récit classique mais de fragments d’images d’un chemin que suit chacune. Ces femmes se livrent pour se délivrer elles mêmes… d’une histoire passée, d’un besoin de posséder l’autre ou d’une vie rêvée qui n’existe pas.

Si leurs univers se percutent sans cesse comme trois voix qui s’agitent dans une même tête ou bien parlent à l’unisson, c’est peut être parce qu’ensemble elles forment un tout : une seule et même femme.

« C’est toujours le même scénario qui revient » dit-elle pour démarrer la pièce, avant de procéder à un dernier voyage où elle explore chacune de ses personnalités pour apaiser le combat entre la passion qui l’anime, les rêves qui l’habitent et la réalité de sa vie.

Mathieu Farhi, metteur en scène

« Pourquoi mettre en scène Féline ? »
« Parce qu’une femme vit en moi.
Parce que cette femme est en lutte avec mes autres moi.”

Pour pousser les personnages féminins au bout d’eux-mêmes, j’invente un quatrième personnage qui est à la fois un personnage et un espace : le trou noir de leur inconscient, habité par un homme que l’on ne voit pas mais que l’on entend.

Le « Black Hole » prend la forme d’une masse obscure, constituée de fentes, de plis et de replis par lesquels vont sortir deux bras masculins. Il enlace les personnages pour les aspirer avec lui et porte la voix des hommes qui ont traversé leur vie.
Blanche « la tête brûlée » et Pomme « la fantasque » vont et viennent dans cet espace, à chaque fois transcendées par leurs expériences, tandis que Lou « la cérébrale » résiste. On ne voit pas ce qui se joue à l’intérieur du Black Hole, c’est par le son que le spectateur perçoit l’intensité des moments vécus.

Je désire faire exister les sensations du texte, que l’extase, comme le malaise, ait une présence physique sur scène, une matière dans laquelle les personnages peuvent se fondre. Je souhaite me détacher du réalisme pour être dans leur tête. « 

 

 

Publicités

Un commentaire sur “27 Avril 2016 Évènement ACP au Festival Printemps de la Création

  1. Pingback: Programmation - Marianne Carabin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le avril 10, 2016 par , et est taguée , , , , , , .
%d blogueurs aiment cette page :