theatreetpsychanalyseacorpsperdus

Le corps du théâtre et de la psychanalyse

Phèdre ou le cauchemar d’Hippolyte

Écrit par Marianne Carabin • Nous pénétrons dans l’antre des frontières à ne pas dépasser. Là, exactement où l’on a envie, terriblement, de voir. Non pas d’y voir et surtout pas d’y voir clair, mais de voir. Là où l’oeil cherche. Là où, seul le cadre analytique permettrait non seulement de survivre mais bien plus, d’apparaitre en tant que sujet de l’inconscient, là où à l’instar de Phèdre tout un chacun pourrait prononcer ces mots-là : « J’ai dit ce que jamais on ne devait entendre. »

février 9, 2016 · Poster un commentaire